MandE NEWS - Jobs Forum

This free service is provided by Rick Davies, editor of the MandE NEWS website.

Please use this Forum to publicise M&E related short term consultancies and full time employed positions.

To publicise training events, use the M&E Training page

To publicise M&E conferences, use the M&E Conferences page

To seek or provide other M&E related information please use the M&E NEWS email list

CAVEAT: The listing of opportunities on this page does not imply any form of endorsement by MandE NEWS of the accuracy of the information provided, or the integrity of the providers.

REQUEST: Please do not waste my time by posting irrelevant material, ether about non-M&E jobs or about other unrelated matters.

Forum: MandE NEWS Jobs Forum
Start a New Topic 
   Board|Threaded
Author
Comment
DEMANDE DE PROPOSITIONS – CONSULTANT


DEMANDE DE PROPOSITIONS – CONSULTANT POUR L’EXÉCUTION DE L’ÉTUDE QUALITATIVE ET SUR LES OBSTACLES À L’ÉGALITÉ DES SEXES DANS LE CADRE DU PROJET DE SMNE AU MALI
1. Contexte
La Société de la Croix-Rouge malienne (CRM) et la Croix-Rouge canadienne (CRC) travaillent de concert pour lancer un nouveau projet intitulé « Amélioration de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants au Mali » (SMNE au Mali) et financé par Affaires mondiales Canada (AMC) et la Croix-Rouge canadienne.

La CRM et la CRC cherchent à retenir les services de particuliers ou d’entreprises pour appuyer la mise en œuvre de l’étude qualitative et sur les obstacles à l’égalité des sexes en réalisant la collecte et l’analyse des données dans les régions et districts ciblés, ce qui constitue l’un des trois volets composant l’enquête de référence du projet (les deux autres volets comptent une enquête sur les ménages et une enquête sur les structures sanitaires, qui sont toutes deux terminées).
2. Objectifs de l’étude qualitative et sur les obstacles à l’égalité des sexes
La Croix-Rouge malienne et la Croix-Rouge canadienne utiliseront les résultats de l’étude pour concevoir les activités du projet et pour examiner et modifier, au besoin, la stratégie en matière d’égalité des sexes visant à améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants dans les deux régions visées. Les conclusions pourront également servir à des organismes gouvernementaux (p. ex., le ministère de la Santé). La CRC s’est engagée à transmettre les résultats quantitatifs et qualitatifs de l’étude aux collectivités, conformément aux normes en matière de mobilisation communautaire et de responsabilisation.
L’étude qualitative et sur les obstacles à l'égalité des sexes visent les deux grands objectifs suivants :
1. Recueillir des données qualitatives qui préciseront le contexte et permettront de mieux comprendre les résultats quantitatifs obtenus par les enquêtes sur les ménages et les structures sanitaires, réalisées en octobre et novembre 2016 ;
2. Explorer comment plusieurs indicateurs immédiats et intermédiaires relatifs à la SMNE peuvent être touchés par des normes et des obstacles institutionnels, économiques et socioculturels (y compris la violence contre les femmes et les enfants).

3. Description du projet

Le projet sur l’amélioration de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants au Mali constitue une initiative de quatre ans menée par la CRM et le gouvernement du Mali par le biais du ministère de la Santé (au niveau national, régional et de district), avec l’appui de la CRC. Il vise à améliorer la santé et les conditions de vie de plus de 1 261 400 femmes, enfants et hommes des districts de Nara, Dioila, Kolokani, Koulikoro et Banamba de la région de Koulikoro et du district de Sikasso dans la région de Sikasso.

Il touchera des collectivités situées à plus de 5 kilomètres d’un établissement de santé dans le but de prévenir et d’éliminer les principales menaces pour la vie des femmes, des enfants et des nouveau-nés et ainsi permettre dans une grande mesure aux stratégies du ministère de la Santé d’atteindre leurs objectifs en matière de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE) et de gestion communautaire intégrée des cas (appelée Stratégie SEC au Mali). Pour ce faire, les partenaires exploiteront le potentiel des collectivités et accroîtront la portée du ministère de la Santé grâce à l’utilisation d’agents de santé communautaire (ASC) travaillant dans les collectivités et ayant pour mandat de réaliser des interventions pratiques, éprouvées et efficientes en matière de SMNE. Des bénévoles de la Croix-Rouge appuient les agents de santé communautaire en faisant connaître les services de ces derniers et en animant des activités de sensibilisation et éducation sanitaire dans les collectivités.

Le projet aidera les centres de santé de première et deuxième lignes (CSCOM et CSREF) à améliorer la qualité de leurs services de SMNE, à offrir des services curatifs au niveau de la collectivité grâce à la Stratégie SEC et à faire connaître aux collectivités les bonnes pratiques en matière de SMNE, ainsi que les pratiques préventives. Il soutiendra également le système d’information sanitaire (SIS) dans les districts ciblés. En outre, la diffusion de communications sur le changement social et comportemental servira à surmonter les obstacles sociaux, notamment ceux ayant trait à l'égalité des sexes, qui nuisent à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Le projet a pour but de produire des résultats positifs en matière de SMNE pour les mères, y compris les adolescentes, et leurs enfants en travaillant tant au niveau des structures sanitaires que des collectivités pour éliminer les obstacles liés à l’égalité des sexes qui les empêchent d’avoir accès et de contrôler les ressources en santé, de comprendre leurs droits (absence de violence contre les femmes et les enfants) et de prendre des décisions en ce qui concerne la santé. Il s’agit ainsi de questionner le plus possible les normes, valeurs, attitudes, comportements, rôles et responsabilités sexistes qui existent. Le projet vise à améliorer l’accès et l’utilisation de services de SMNE de qualité, et à accroître la sensibilisation des hommes à la SMNE. La stratégie sur l’égalité des sexes du projet a été ébauchée dans ce contexte afin de garantir que les obstacles à l’égalité des sexes soient pris en compte tout au long de la mise en œuvre du projet; elle sera peaufinée en fonction des résultats de la présente étude.

Le projet reçoit l’appui d’un établissement de recherche canadien, soit le Centre for Global Child Health du Hospital for Sick Children à Toronto, au Canada. Celui-ci assure une aide technique supplémentaire dans le but de rehausser la gestion et mesure du rendement pour la durée du projet allant de la collecte locale de données à l’analyse des résultats en passant par la recherche opérationnelle, le suivi et l’évaluation.
4. Éthique, LEFP et protection des enfants
La CRC est déterminée à activement protéger les femmes et les enfants contre l’exploitation et les abus sexuels, à protéger les enfants contre le mal qui pourrait leur être fait et à veiller à ce que les droits des enfants soient pleinement protégés. Toutes les interventions appuyées par la CRC doivent assurer la participation adéquate, sécuritaire et non discriminatoire de tous les participants, quels que soient l’âge ou le sexe, ce qui comprend le consentement libre et volontaire à participer à l’étude ou à s’en retirer, ainsi que la confidentialité des données et l’anonymat des participants. Les consultants doivent énoncer dans leur proposition comment ils assureront le respect du code de conduite, ainsi que la protection des femmes et des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels et la protection des enfants dans le cadre de la collecte de données et des visites. Ils doivent également évaluer tous les risques liés à l’étude et indiquer les mesures d’atténuation. Les consultants seront tenus de signer le Code de conduite et la politique sur la protection des enfants de la CRC.

La CRC s’attend à ce que la proposition retenue comporte une description détaillée des diverses mesures à prendre pour assurer ce qui suit :

• déceler et traiter tous les obstacles sociaux et culturels à la participation à l’étude, particulièrement ceux associés à l’égalité des sexes;
• concevoir tous les outils, notamment les scénarios de consentement et les guides des groupes de discussion et d’entrevue, avec la CRC, la CRM et d’autres intervenants clés du projet, puis les mettre à l’essai et les évaluer dans le cadre de discussions avec Sick Kids et des spécialistes locaux en santé et en égalité des sexes; traduire ensuite ces outils localement dans les langues pertinentes pour les régions de Koulikoro et Sikasso, les retraduire dans la langue de rédaction et les mettre à l’essai auprès des femmes et hommes, selon le cas;
• obtenir des adolescents et de tous les autres participants leur consentement à participer à l’étude;
• veiller à ce que les intervieweurs s’assurent que tous les participants comprennent qu’ils peuvent mettre fin à leur participation en tout temps, sans subir de répercussions ni conséquences négatives;
• veiller à ce que les enquêteurs fournissent à tous les participants, y compris aux adolescents, de l’information sur l’activité de manière adaptée à leur culture et à leur niveau de scolarité;
• éviter de susciter indûment la participation en offrant des incitatifs; s’assurer que les incitatifs utilisés, le cas échéant, cadrent avec les conditions de vie locales et sont approuvés par les responsables de l’éthique en matière de recherche au Mali;
• veiller à ce que les pratiques d'entrevue protègent les meilleurs intérêts des participants et tiennent particulièrement compte des adolescents qui participent à l’étude; mener des consultations auprès des membres de la collectivité pour déterminer les pratiques appropriées;
• appliquer des procédures adéquates pour assurer la sécurité des participants;
• avoir recours à des procédures appropriées favorisant la pleine participation des femmes et des adolescentes, comme la logistique, le moment des discussions ou entrevues, l’emplacement, etc.;
• retenir les services d’un défenseur indépendant pour présenter le point de vue des adolescents si la protection offerte par leur tuteur est mise en doute;
• décrire les protocoles et les pratiques à appliquer lorsque des situations de violence familiale ou sexuelle ou des effractions à la protection des enfants surviennent ou sont constatées pendant l’étude, de même qu’un processus de renvoi adéquat.
5. Portée du rôle du consultant
Le rôle du consultant comprendra notamment les éléments suivants :
• Effectuer une revue des données secondaires (revue de documents ) : conception et objectifs du projet, examen du rapport de l’enquête de référence et des publications clés sur les normes socioculturelles et sexospécifiques relatives à certains indicateurs de SMNE au Mali.
• Collecte primaire de données :
• collaborer avec SickKids, la CRM et la CRC pour concevoir les outils de collecte des données et pour mettre au point la méthodologie de collecte et l’échantillonnage;
• recruter tous les animateurs des groupes de discussion, les traducteurs, les preneurs de notes, les transcripteurs et les encodeurs; veiller à ce que les intervieweurs et les animateurs des groupes de discussion comprennent des hommes et des femmes qui connaissent la collecte des données qualitatives, et qui l’ont déjà fait pour des questions associées à l'égalité des sexes et à la SMNE au Mali;
• concevoir des outils de collecte de données et des questionnaires personnalisés pour chaque groupe interviewé, conformément à la section ci-dessous sur la portée de l’étude;
• traduire tous les outils de collecte de données dans les langues locales des régions de Koulikoro et de Sikasso, puis les retraduire dans la langue de rédaction;
• collaborer avec la Croix-Rouge malienne pour obtenir les autorisations en matière d’éthique nécessaires à l’exécution de l’étude;
• former les animateurs des groupes de discussion et/ou les intervieweurs, les preneurs de notes et les traducteurs conformément au manuel des activités sur le terrain et aux protocoles de collecte des données élaborés de concert avec SickKids;
• mettre à l’essai tous les outils de collecte de données conçus de concert avec SickKids et la CRC; les revoir et modifier après les essais, le cas échéant, en collaboration avec SickKids et la CRC;
• exécuter la collecte des données et appliquer les protocoles d’assurance de la qualité conformément à la méthodologie et à l’échantillonnage mis au point avec SickKids;
• fournir à la CRC et à la CRM, en même temps que le rapport provisoire, des versions numérisées des notes écrites, des fichiers électroniques des enregistrements numériques et un résumé des principaux points énoncés pour chaque entrevue ou groupe de discussion;
• présenter régulièrement des rapports des activités sur le terrain décrivant toutes les difficultés rencontrées, les leçons apprises, les modifications aux protocoles de collecte et les mesures correctives requises. Les rapports réguliers peuvent ne nécessiter que quelques minutes et être faits informellement par Skype. Il faudra toutefois présenter un rapport officiel des activités sur le terrain à la fin du projet.
• effectuer l’analyse qualitative des données conformément à la méthodologie établie par SickKids (à l’aide du logiciel Nvivo ou un équivalent);
• présenter un rapport provisoire des conclusions, y compris des recommandations sur les principales questions sur lesquelles doivent porter le projet et les stratégies d’atténuation (qui s’inscrivent dans la stratégie sur l’égalité des sexes du projet) et un rapport final tenant compte de la rétroaction de la CRM, de la CRC et de SickKids. La CRC fournira un gabarit de rapport;
• veiller à ne pas communiquer les résultats de l’évaluation à une tierce partie ni ne les utiliser pour toute publication personnelle;
• exécuter tous les travaux avec la collaboration de la CRC, la CRM et SickKids, ainsi qu’avec le consultant en égalité des sexes embauché localement pour le projet. SickKids, la CRC et la CRM assureront un soutien technique pour l’élaboration d’outils de collecte des données, la méthodologie et les directives en matière d’assurance de la qualité. Ces trois organismes superviseront également la formation, les visites sur le terrain et la collecte des données.
6. Portée de l’étude
L’étude comprendra trois questions de recherche (et des sous-questions proposées) et mettra l’accent sur des aspects socioculturels et sexistes liés à l’obtention de soins de SMNE, à savoir :
1. Quels sont les principaux obstacles, et facteurs favorables, à la demande de soins de SMNE et à l’utilisation des services dans les districts ciblés de Koulikoro et de Sikasso, du point de vue des hommes et des femmes?
• Quels sont les obstacles ou facteurs favorables globaux à la demande de soins?
• Lesquels de ces obstacles ou facteurs favorables sont influencés par les normes et les préjugés sexistes?
• Quels sont les autres obstacles ou facteurs favorables qui n’ont pas été mentionnés par les personnes rencontrées, mais qui sont déterminés par les normes sexistes au Mali (c.-à-d. les lois, les structures institutionnelles et l’accès aux ressources)?
2. Dans quelle mesure la demande de soins et l’utilisation des services de SMNE par des femmes et des hommes dépendent des rôles sexistes traditionnels, des pratiques de soins et des normes culturelles?
• Y a-t-il eu récemment ou y a-t-il à l’heure actuelle des activités visant à modifier les rôles sexistes traditionnels, les pratiques de soins et les normes culturelles; dans l’affirmative, quelles sont-elles et qui les exécute?
• Dans quelle mesure l’âge, la classe sociale, l’ethnicité et la résidence (urbaine ou rurale) influencent les rôles sexistes traditionnels, les pratiques de soins et les normes culturelles?
• Quels sont les principaux facteurs qui déterminent les rôles sexistes traditionnels, les pratiques de soins et les normes culturelles au niveau de la collectivité et des structures sanitaires et comment peuvent-ils être traités dans le cadre du projet?

3. Quelles démarches ou solutions seraient les plus efficaces pour relever les défis et éliminer les obstacles recensés?
• Quels groupes faudrait-il absolument enrôler comme alliés pour réaliser ce changement?
• Quels sont les avantages et les désavantages des méthodes ou solutions suggérées (c.-à-d. une matrice)?
• Par rapport à laquelle de ces questions le projet pourrait-il produire des résultats efficaces dans les délais prévus?
Pour répondre à trois questions, environ 10 à 12 groupes de discussion seront constitués auprès de femmes enceintes et/ou de mères en âge de procréer dans les districts ciblés. Des groupes de discussion et des entrevues seront également organisés (séparément) avec des adolescentes, des hommes de la collectivité, des adolescents, des prestataires de soins et d’autres femmes pour recenser les obstacles à une bonne SMNE compte tenu des perspectives des adolescentes et des hommes sur les éléments sexistes liés à la SMNE.
Des entrevues individuelles de suivi auront lieu avec un petit sous-échantillon de participants aux groupes de discussion afin de mieux comprendre leurs expériences et opinions personnelles. Celles-ci fourniront de riches données énoncées directement par les femmes sur leurs expériences vécues concernant un phénomène particulier. Cette approche sera particulièrement importante lorsqu’il sera question de sujets délicats. Les entrevues individuelles avec ces personnes peuvent permettre d’examiner plus en profondeur les thèmes qui ressortent des groupes de discussion. Les animateurs des groupes de discussion devraient pouvoir relever ces cas et prendre des décisions adéquates quant à la sélection des participants pour une discussion approfondie de suivi.
En plus des groupes de discussion et des entrevues avec des femmes et des hommes, de 3 à 4 entrevues auront lieu avec des informateurs clés dans chaque région (de 6 à 8 au total). Les informateurs clés pourraient être des agents de santé communautaire et des bénévoles de la Croix-Rouge qui ont participé au projet précédent de SMNE de la CRC, des représentants du ministère de la Santé au niveau des districts, des employés des CSCOM et CSREF, des membres des ASACO et autres ONG qui traitent de SMNE. Ces entrevues serviront à trianguler et à mettre en contexte les conclusions des groupes de discussion et à offrir d’autres points de vue sur la programmation et la politique. Au besoin, les chercheurs devraient demander aux participants les meilleures façons d’après eux de régler les problèmes existants, et recueillir leurs opinions sur les stratégies en cours qui fonctionnent bien. Cette collecte d’information se fera dans le cadre d’entrevues avec un groupe diversifié d’intervenants locaux et de membres de la collectivité.
7. Méthodologie proposée pour l'étude
Voici la méthodologie proposée pour l’étude. Le consultant peut en proposer une autre ou suggérer des modifications ou des ajouts à celle décrite ci-dessous.

Tel que mentionné précédemment, la collecte de données s’effectuera par le biais de 10 à 12 groupes de discussion regroupant en tout de 75 à 80 femmes ou mères, suivis d’entrevues individuelles avec 10 à 12 femmes (et/ou hommes, selon le cas) et d’entrevues semi-structurées avec 6 à 8 informateurs clés . De plus, environ 5-6 groupes de discussion seront réalisés avec des adolescentes, des hommes et adolescents, aides-soignants et autres femmes.

Les groupes de discussion seront dirigés par un animateur d’expérience accompagné d’un preneur de notes. Les responsables de l’encodage et de l’analyse doivent être présents pour le travail sur le terrain. Si elles ne peuvent assister à tous les groupes de discussion, elles doivent au moins participer aux séances d’information quotidiennes.

Toutes les délibérations des groupes de discussion et les entrevues seront enregistrées sur support numérique avec la permission des participants à la recherche. Le consultant principal passera en revue les transcriptions des enregistrements et les notes d’accompagnement tout au long du processus de collecte de données. Il aura ainsi l’occasion de fournir des conseils aux équipes sur leurs techniques d’entrevue (l’exploration, la formulation des questions, la mobilisation de tous les participants) et d’assurer l’uniformité des techniques d’entrevue entre les équipes et les régions. Afin que les données soient de grande qualité, les équipes tiendront des rencontres quotidiennes de consultation pendant tout le processus de collecte afin de faire le point sur les rencontres, comparer et confirmer les notes, recenser les thèmes émergents et prendre note de déclarations particulièrement riches qui méritent d’être explorées davantage. Le consultant principal examinera également les notes prises sur le terrain pour confirmer qu’elles sont lisibles et décrivent adéquatement les principales questions. Ce processus itératif est crucial, car il façonne l’analyse préliminaire et agit comme un important mécanisme d’assurance de la qualité. Les chercheurs de SickKids seront disponibles pour appuyer ce processus et fournir de l’information, au besoin.

Le protocole en deux étapes qui suit devrait servir à traiter toutes les données qualitatives.
1. Un membre de l’équipe transcrira en français tous les enregistrements des entrevues et des groupes de discussion (menés en Bambara ou dans une autre langue locale ), à l’aide de Microsoft Word.
2. Un deuxième membre de l’équipe (parlant couramment les deux langues) passera en revue les transcriptions en français tout en écoutant attentivement l’enregistrement numérique original, puis notera toute omission ou mauvaise interprétation dans la version française. Le consultant principal doit veiller à ce que cela se fasse rigoureusement afin de garantir que tout le contenu enregistré est bien documenté.
Toutes les transcriptions en français et les notes prises sur le terrain seront importées dans le logiciel Nvivo (ou un logiciel d’analyse qualitative équivalent) aux fins de codification. L’équipe travaillera avec SickKids et la CRC pour concevoir un cadre de codification systématique en fonction des thèmes émergents et des discussions de consultation pendant toute la collecte des données. Ces mesures serviront de base à une analyse directe du contenu en deux étapes. La première étape de la codification sera fonction des thèmes prédéterminés et des questions du guide d’entrevue, avec renvois au cadre général de codification. Le deuxième cycle comportera l’utilisation de sous-codes plus précis servant à répartir les énoncés des participants en thèmes découlant directement des données.

Deux membres de l’équipe de recherche analyseront indépendamment les transcriptions (un encodeur primaire et secondaire); cette méthode assurera l’uniformité entre les encodeurs et aidera à relever toute lacune ou mauvaise interprétation. Tout au long du processus, des notes d’analyse seront utilisées dans Nvivo pour annoter les idées émergentes, les constatations surprenantes ou autrement intéressantes, les liens entre les groupes de discussion et les entrevues, et d’autres détails qui pourraient aider à interpréter les données.

Une fois les transcriptions codifiées, les résultats seront résumés et présentés sous forme de feuilles de calcul divisées par thèmes et sous-thèmes. L’interprétation de ces données se fera à l’aide des résumés de codes, des notes contextuelles prises sur le terrain, des notes d’information et des annotations, ainsi que des citations directes des participants. L’interprétation de ces conclusions s’effectuera de concert avec SickKids, la CRC et ses partenaires.
Le consultant peut ajouter d’autres éléments à la méthodologie de l’étude.
8. Résultats attendus et échéancier proposé
La période d’exécution du contrat commencera vers le 1er février 2017 pour se terminer le 30 avril 2017 et ce mandat devrait exiger environ 70 jours de travail sur une période de 3 mois. Le consultant devra procéder à tous les préparatifs nécessaires pour mener l’étude selon l’échéancier proposé ci-dessous.
Le tableau indique les produits livrables en caractères gras.
Résultats attendus/produits livrables Échéancier proposé Estimation du temps requis
a. Appel par Skype avec la Croix Rouge et SickKids pour passer en revue la proposition, les plans, les questions, les formations et la logistique 1 jour
b. Revu

Organisation Canadian Red Cross

Country Mali